Falaise

préhistoire en ardèche méridionale

Aux origines de nos ancêtres

OTZI

hotzi


Otzi vécut il y a 5300 ans.

Découvert momifié au bord d'un glacier des Alpes Tyroliennes à 3200 m. d'altitude.


Mort des suites d'une blessure après la fuite
lors d'une rixe aucours de laquelle il fut atteint par une flèche.


ERE QUATERNAIRE : Ordre des Primates Anthropoides - Famille des HOMINIDES.

Homo habilis : 2.4 Ma à 1.6 Ma

Homo habilis : il habitait les savanes arborées d'Afrique orientale et australe.
Taille de 1.30m, pour un poids de 35kg avec de courtes jambes signe d'une bipédie non encore parfaitement acquise.
Omnivore, il chasse de petit animaux et exploite les carcasses d'animaux morts.
Volume cérébral de 550 à 700 cm3 avec un développement assymétrique du cerveau qui en font le premier "Homo".

Homo rudolfensis : au front plus fuyant, aux pommettes plus saillantes et à la dentition plus robuste qu'habilis.
Taille de 1.40m, pour un poids de 50kg. Volume cérébral de 650 à 750 cm3

Homo habilis et Homo rudolfensis pratiquent la chasse de petit gibier, le charognage, la cueillette
La présence dans le cerveau d'aires de Broca et de Wernicke dénote le début du langage.
Premiers artisans, ils fabriquent des outils rudimentaires : grattoirs - galets aménagés - outils en os ...


Homo géorgicus : vers 1.9 Ma

Le cas Homo géorgicus : le site de Dmanisi, en Géorgie, sur le versant nord du Caucase, a livré des vestiges humains dont des crânes asociés à des galets aménagés.
D'abord pris pour Homo ergaster (voir plus loin), il s'avéra ensuite que cet Homo, désormais nommé "géorgicus", possèdait des caractères plus archaïques que "ergaster". Taille de 1.50m et doté d'une capacité cérébrale de 700 à 800 cm3

Cet Homo pose plusieurs questions ou tout au moins interpelle et demande réflexion.
En effet, est décrite ici la chronologie de l'espèce humaine couramment admise mais il n'en demeure pas moins que d'autres théories (ou hypothèses ?) viennent la concurrencer sur certains points du Très Ancien Paléolithique.
- Homo géorgicus parait être plus archaïque que Homo ergaster considéré comme étant le premier a avoir essaimé.
- des sites du sud de la France et de Haute Loire ont donné des galets aménagés qui paraissent être antérieur à 2 Ma.
- des sites chinois paraissent eux aussi très ancien.
- est il si évident que Homo erectus ait pris naissance uniquement en Afrique et pas aussi en Asie ?
- des Homo habilis évolués ou des Homo erectus archaïques (plus ancien que ce que l'on admet généralement) aurait ils pu essaimer très précocement en ne laissant que très peu de traces ?
Des questions auxquelles l'évolution des techniques d'analyse et les futures recherches amèneront peut-être des réponses.


Le Paléolithique ou l'âge de la pierre taillée :

Homo erectus : 1,9 Ma à 300 000 ans

Homo erectus au sens large définit les populations d'hominidés physiquement totalement bipèdes, aux capacités cérébrales et cognitives développées leur permettant d'être de bons artisans et de grands voyageurs. Ils ont essaimé extrêment rapidement au proche-orient puis vers l'Asie et l'Europe.
Au fil du temps et l'éloignement des populations jouant, elles se différencient légèrement. Certaines sont plus graciles, d'autres plus trapues.Leur taille varie entre 1.60m et 1.70m. Leur poids varie entre 60 et 75 kg.
Le métissage de ces différentes populations amène ensuite probablement une mosaïque de facief.
Mais toutes ces populations ont en commun :
- des faces larges surmontées d'un fort bourrelet sus-orbitaire
- une physiologie totalement adaptée à la bipédie et à la marche d'endurance
- une évolution cérébrale et un développement du cerveau passant peu à peu de 800/900 cm3 à 1200 cm3
- des possibilités de langage acquises (aires de Broca et de Wernicke + larynx en position basse)
- une industrie lithique en tout point semblable et évoluant de la même manière

Homo érectus au sens strict définit les populations asiatiques.
Homo ergaster définit les populations africaines qui essaimeront plus tard en Europe sous le nom de Homo heidelbergensis.

Situation inédite qui ne se reproduira plus, 5 espèces d'hominidé co-existent sur le continent africain aux alentours de 1.8 Ma :
- paranthropus boseï et paranthropus robustus partageraient les savanes ouvertes avec Homo ergaster
- Homo habilis et Homo rudolfensis fréquenteraient des zones plus boisées.

L'évolution physiologique et culturelle se fait très lentement au rythme des rares modifications climatiques (surtout en Asie).
Homo erectus est l'exemple d'une parfaite adaptation à sa niche écologique.

Industrie lithique : Le genre Homo semble être le premier à posséder une technique de fabrication résonnée et préétablie.
Les plus anciens outils connus sont des galets aménagés, en silex, basalte ou quartz, desquels on dégage des éclats pour obtenir une arête tranchante ou pointue selon la technique dite " oldowayenne".
À partir de 1.5 Ma des évolutions se produisent :
- le plan de frappe n'est plus perpendiculaire mais tangentiel, ce qui permet d'obtenir des éclats plus longs et plus fins. Ces éclats servent eux-même d'outils performants. Une de ces technique est appelée "clactonnienne".
- Les pierres (nucléus) sont désormais taillées sur les deux faces et on se dirige peu à peu vers la fabrication de bifaces. Ce type d'industrie est qualifiée de "acheuléenne".
- les percuteurs "tendres" (en os, en corne ou en bois) remplacent peu à peu les percuteurs "durs" (en pierre) et permettent plus de précisions donc des outils plus variés ainsi qu'une retouche d'éclats plus efficace donnant des outils plus tranchants.

Maîtrise du feu : si des traces de feu datant de 0.7 ou 0.8 Ma ont été découvertes sur des sites en présence de restes humains, on considère généralement, d'après les découvertes, que la maîtrise du feu n'est acquise qu'à partir de 0.5 Ma, date à laquelle on trouve des traces de foyer.

Évolution :
- en Afrique, à partir de 0.3 Ma, apparaissent des lignées intermédiaires entre Homo erectus et Homo sapiens pour aboutir à Homo sapiens vers 0.15 Ma.
- en Europe, apparait Homo néanderthalensis.


La civilisation Acheuléenne en Ardèche

L'HOMME de TAUTAVEL : 0.45 Ma et 0.35 en Ardèche

L'abri sous roche d'Orgnac 3 : 350 000 - 100 000 ans - Paléolitique moyen - Glaciation MINDEL ( inter glaciaire ) Glaciation RISS

Le site se trouve dans une doline sur le plateau, non loin de l'aven. C'est un abri-sous-roche en parti effondré au cours de l'occupation. Il se se compose de 4 mètres d'épaisseur de couches accumulées en une succession discontinue d'occupation ".
On note, en cours d'occupation, les modifications du climat (changement de faune), l'apparition du feu et une évolution de l'outillage :
- couches inférieures : bifaces, galets aménagés, outils rudimentaires.
- couches supérieurs : technique débitage Levallois donnant un outillage plus sophistiqué.


Homo néanderthalensis de 300 000 à 27 000 ans

Glaciation de RISS ( fin ) - inter-glaciaire - glaciation de WURM ( début )

Les changements climatiques vers des glaciations sévères ont, en Europe dès 0.3 Ma, isolées des populations d'Homo heidelbergensis dans des habitats très sélectifs, près des côtes méditerranéennes et des phénomènes de néandertalisation se sont produits.
La néandertalisation est un processus sur lequel des recherches se font encore.
Un article très intéressant de Jean-Luc voisin sur homides.com traitent de ce sujet à propos de Néandertal et dit en substence :

" Bien que les néandertaliens soient certainement les hominidés fossiles les mieux connus, de nombreuses zones d’ombres subsistent encore, notamment en ce qui concerne leur relation avec l’homme moderne. Selon les écoles, les néandertaliens sont soit considérés comme une espèce à part entière, soit comme une sous-espèce de l’homme moderne. Or, les hypothèses sur la disparition des néandertaliens dépendent en grande partie du statut taxonomique considéré pour ces derniers.

Dans ce travail je rappelle que les caractères néandertaliens ne s’expriment pas de façon identique selon les régions. En effet, un gradient Est-Ouest de caractère peut être observé.

En d’autres termes, plus les populations néandertaliennes sont occidentales, plus leurs caractères néandertaliens sont prononcés.
De même, dans les premières populations d’homme modernes, des caractères néandertaliens existent au Proche-Orient et en Europe centrale et sont absents en Europe occidentale.

Ce gradient de caractère dans les populations néandertaliennes pourrait traduire un mode de spéciation (la formation d’espèce) particulier : la spéciation par distance. Cette hypothèse permettrait aussi d’expliquer la présence de caractères néandertaliens dans certaines populations d’hommes modernes et l’absence dans d’autres.

L’ADN extrait sur des néandertaliens ne permet pas de clore le débat contrairement à de trop nombreuses affirmations. Cette hypothèse de spéciation par distance des néandertaliens permet de discuter quant aux degrés d’isolement reproducteur entre les populations néandertaliennes d’Europe occidentale et les premiers hommes modernes. Il permet aussi de revoir certaine conception quant aux mouvements migratoires possibles des néandertaliens sous un aspect plus en conformité avec les connaissance culturel."

À lire sur www.hominidés.com : Neandertal, une spéciation par distance ? par Jean-Luc Voisin de l'Institut de Paléontologie Humaine - USM 103.


La civilisation Moustérienne

Apparition de l'art - Premières sépultures et cérémonies religieuses.
De nombreuses tombes se trouvent dans des grottes.
Apparition d'une pensée abstraite développée.

CHASSE :
- glaciations : bisons, rennes, ours
- inter-glaciaire : chevreuil, cerf, cheval, bouquetin, sanglier, bovidés

HABITAT :
Les grottes peuvent être disputées aux ours et félins. Se sont ainsi constitué de véritables ossuaires mais de manière générale l'habitat s'améliore pour permettre aux populations de résister aux grands froids. Par exemple des cabanes faites d'omoplates et de mandibules de mammouth

En Ardèche sont connus les grottes d'Orgnac, de Ranc pointu, de St Marcel, du Figuier, l'Abri des Pécheurs ( Casteljau ), le Ranc de l'Arc ( Lagorce ).

OUTILLAGE :
la caractéristique de la civilisation moustérienne est le débitage de grands éclats selon la technique dite "Levallois".
Plutôt que de tailler des bifaces toujours plus fins, il est avantageux, grâce à la technique dite "Levallois" de débiter des éclats longs et fins qui seront ensuite retouchés pour obtenir des outils divers et variés correspondant aux besoins (racloirs, grattoirs, pointes ...). De nombreux faciès régionaux sont connus.
Peu avant leur disparition, vers - 40 000 ans, apparait une technique plus élaborée, le Châtelperronien, qui se caractérise par le débitage de pointes en forme de feuilles.


Homo sapiens : - 120 000 ans

En Afrique, à partir de 0.3 Ma, apparaissent des lignées intermédiaires entre Homo erectus et Homo sapiens pour aboutir à Homo sapiens vers 0.15 Ma soit 150 000 ans.
Il n'arrivera toutefois en Europe centale que vers - 50 000 ans et en Europe occidentale vers - 40 000 ans.

Cet Homo sapiens est de grande taille (1.70 à 1.80m), avec de grandes jambes, un bassin étroit, un front droit, une capacité cranienne de 1450 cm3, une silhouette élancée.

Ce chasseur-cueilleur, appelé homme de Cro-magnon en France, arrive en Europe avec une maitrise de la pierre taillée touchant au perfectionnement. Silex qu'il débite sous forme de lames et lamelles optimisant au maximum la production à partir d'un même nucléus.
Ses outils sont d'une grande diversité et il sait s'adapter aux modifications de l'environnement. Il fabrique des racloirs, des burins, des aiguilles, des harpons, des sagaies, des propulseurs ... mais aussi des colliers, des bracelets, des flûtes, des statuettes ...

Il bâtit des huttes de plein air ou des huttes de grotte.
C'est un artisan hors pair, travaillant la pierre mais aussi le bois, la corne, l'ivoire
C'est un chasseur remarquable n'hésitant pas chasser le gros gibier et à inventer des pièges pour le petit gibier.
Il pêche aussi bien en rivière qu'en mer
Il maitrise la fabrication d'embarcations et la navigation.
C'est aussi un artiste : peintre, sculpteur, graveur, musicien ...
Il possède une vie sociale, culturelle mais aussi spirituelle très sophistiquée.
Contrairement à Néandertal, il n'est pas exclusivement carnivore mais son régime alimentaire varié fait de lui un cueilleur qui connait certainement très bien les plantes.
C'est un nomade ou un semi-nomade suivant la migration des troupeaux.


Civilisation Aurignacienne

glaciation de WURM - 40 000 à 27 000 ans

INDUSTRIE LITHIQUE laminaire - travail de l'os - affinement et développement de la pierre taillée, de la chasse, grande maitrise du FEU -

ART PARIETAL : Sanctuaire de la Combe d'Arc. Des centaines de fresques à l'ocre et au charbon, les plus anciennes connues à ce jour.

HABITAT : Grotte de la Combe d'Arc ( Chauvet ) peut-être au Figuier et à l'abri des Pécheurs.


Civilisation Solutréenne

Importante civilisation de l'Europe du Sud : 22 000 - 17 000 ans - Glaciation de WURM

HABITAT : nombreuses grottes sur tout le massif calcaire : Figuier - 2 Pécheurs - Ebbou - Oulen

CHASSE : cheval - renne - auroch - bison. Se bat contre Ours des Cavernes, lion, panthère, rhinocéros laineux.

ART PARIETAL : moins impressionant que l' art Aurignacien mais beaucoup plus nombreux.

INDUSTRIE : Maitrise artistique et technique de la taille du silex - Gde efficacité des outils. Pointes en feuilles de Laurier, en feuilles de saule - pointes à cran
Outillage en OS : harpon - hameçon - aiguille à chas -


Civilisation Magdalénienne

glaciation de WURM - 17 000 - 12 000 ans Importante civilisation de l'Europe - Chasseurs de rennes -

CHASSEURS très adaptés
Qualité des oeuvres pariétales et mobilières qui sont nombreuses ( Vénus, Figurines sur os,

INDUSTRIE : Sobriété Artistique - Lignes parfaites - Outils de grande efficacité - Silex en lames diverses et variées
Lamelles aménagées en outils spécialisées ( perçoirs, burins )
Apparition du travail de l'os et de l'ivoire.

HABITAT : Figuier - Abri des 2 pécheurs - Colombier - Huguenots -


Civilisation Azilienne

post-glacière - 12 000 - 8 000 ans

Disparition des Chasseurs de Rennes
Climat tempéré humide - cerf - sanglier - chevreuil - lapin
Industrie micro-lithique ( lamelles

HABITAT : Oullen - Colombier - Saut du Loup


Le Mésolithique :

L'ère glacière touche à sa fin. Le mésolithique commence doucement vers - 12 000 ans dans certaines régions de plaines et certaines régions côtières mais des modes de vie épipaléolithiques perdureront encore longtemps dans certains milieux d'altitude, de plateaux exposés ou dans le nord de l'Europe.
Le redoucissement général du climat est un fait mais n'est pas linéaire. Il se produit une alternance rapide de périodes froides puis douces et humides.
Certains milieux se boisent rapidment, la faune et la végétation changent rapidement.
Certaines cultures gardent leurs traditions, d'autres changent radicalement.
Une véritable mosaïque culturelle, diverse et variée apparait en Europe.

La végétation change et le sol se boise lentement. Les territoires se peuplent d'animaux plus nombreux mais plus petits.
Pour la première fois dans l'histoire, l'homme est capable d'exercer une action importante sur son environnement.
Le régime alimentaire s'enrichit énormément de nouvelles denrées comme les végétaux notamment les noisettes mais aissi certainement toutes sortes de baies.
L'outillage se perfectionne, l'industrie micro-lithique atteint son paroxisme avec les pointes en triangle et en trapèze. La hache et le burin apparaissent.
Les techniques de chasse s'adaptent au nouveau gibier. L'arc marque un grand progrès.
La pêche se développe aussi. En plus du harpon et de l'hameçon, l'homme fabrique des filets en écorce.
La navigation fluviale mais aussi hauturière se développe. Perfectionnement de la fabrication d'embarcations.
Apparition du tissage et début de l'élévage au Proche-Orient.

Les pratiques funéraires, dans un premier temps, sont dans la continuités de celles observées au paléolithique final puis elles aussi se diversifient.
On trouve des dépôts en grotte, des dépôts en terre selon des dispositions plus ou moins particulières, des inhumations collectives, des ségrégations par sexes ou par âge, des orientations de corps, des manipulations de corps, quelquefois après crémation, des architectures mortuaire monumentale avec des os de mammouth ...
en bref une variété des pratiques funéraires égale à la variété culturelle.


Le Néolithique ou l'âge de la pierre polie :

Les techniques développées au Proche-Orient se sont diffusées par acculturation ou migration vers l'Égée et l'Europe centrale au milieu du VIe millénaire.
Elles sont remontées vers l'Europe occidentale au cours du Ve millénaire, en empruntant soit la voie méditerranéenne (culture cardiale, puis chasséenne), soit la voie danubienne (danubien).

Civilisation Cardiale : 4800 à - 3800 ans avjc

Civilisations de chasseurs-cueilleurs-pasteurs. Peuples Cardiaux-Ibériques venus de et tournés vers la méditérannée.
Début de l'organisation sociale sous forme de cités implantées sur la côte et les plaines le long des fleuves.
Début de l'agriculture, de l'élevage, de l'artisanat et de la poterie.

Débuts du Néolithique en Europe
Ces techniques sont venues souvent se greffer sur des substrats épipaléolithiques, favorisant ainsi une grande diversité des cultures locales, surtout sensible dans la décoration de la céramique.
On observe également à cette période le grand essor des civilisations mégalithiques.
Pour leur outillage, les cultures néolithiques ont utilisé, outre la pierre polie (surtout pour les haches), la pierre taillée à retouches très fines (faucilles, pointes de flèches, couteaux, grattoirs), la céramique, le bois de cerf, l'os (aiguilles, peignes, perles), le bois (construction, bateaux), les fibres végétales (chanvre, lin, osier).

L'augmentation de la productivité a permis la sédentarisation, le développement de la vie sociale et de l'urbanisme et abouti, au Proche-Orient, à la constitution des premiers États organisés de l'âge du bronze

hutte


Une forme d'habitat néolithique.

L'habitat néolithique est divers et varié en fonction des peuples et des lieux.


Photo, ainsi que la suivante, provenant du site :
http://pagesperso-orange.fr/atil/atil/


Les Chasséens : 3800 ans à - 2800 ans avjc

De nouveaux venus, les Chasséens, agriculteurs sédentaires vivant dans des villages, s'implantent dans la région.

Les vastes villages sont constitués de maisons rendant compte des diverses activités socio-économiques (agriculteurs, artisans, notables...). Ces maisons pouvant atteindre 20 mètres de long possèdent des murs maîtres en maçonnerie de pierre, des cloisons et des cheminées en torchis, ainsi que des toitures en chaume.

De plus, très tôt, la disposition des sépultures permet de déduire une vie spirituelle importante.
La domestication des céréales et d'espèces animales telles que le mouton, la chèvre, le boeuf et le porc, conduisent à l'adoption d'une économie de production de subsistance et en conséquence à la sédentarisation des tribus qui se constituent en villages et bourgs importants.

Les Chasséens remontant peu à peu par la vallée du Rhône, vont s'établir sur la plus grande partie du territoire français. Ils s'efforcent de maîtriser la nature, abattent les arbres avec des haches de pierre et brûlent les épaisses forêts mésolithiques pour dégager des terrains et y installer leurs cultures.
Enfin le néolithique voit aussi la généralisation des échanges. Des matières premières telles que l'ambre, le silex, l'obsidienne circulent sur des milliers de kilomètres.


Fin du Néolithique et Age des Métaux

hutte

Plein essor du Mégalithisme Languedocien

Grande diversité culturelle régionale et locale.

Le groupe culturel dit de " Ferrières " est installé en l'Ardèche et dans le Gard.

La fin du IIIe millénaire a vu la diffusion en Europe de la céramique campaniforme, probablement à partir de l'Espagne, et de la céramique cordée, en provenance de Russie.
Abandon des grands centres urbains au profit d'un habitat de petites structures dispersées sur tout le territoire.

Les garrigues et plateaux sont bien peuplés quand, vers 2200 ans avant J-C, des hommes apportant avec eux l'usage du cuivre et une nouvelle civilisation, le chalcolithique, apparait.

Les découvertes successives des métaux, cuivre, bronze modifient profondément la civilisation.

Dans le Languedoc ( Ardèche et Gard ) s'installe le groupe culturel de Fontbouisse.