Falaise

Des rivières et des Hommes

La rivière Ardèche

À caractère torrentiel

crue


L'Ardèche en crue ...

Et zou, je déborde.

Mais ce n'est pas exceptionnel.


Le Bassin Versant :

C'est la bordure sud-est du Massif Central, des Cévennes jusqu'à la Vallée du Rhône.
L'Ardèche prend sa source près du Col de la Chavade ( alt 1467 m.).
La superficie de son bassin versant est de 2429 km2.
Son débit moyen annuel de 55m3/sec. en fait un cours d'eau modeste.
Elle présente un dénivelé de 1430 m. pour une longueur de 119 km
Sa partie Haute, cévenole et siliceuse, possède une pente de 16%. à caractère torrentiel
Sa partie Basse possède une pente de 2,5% puis 0,5% dans les Gorges.
De nombreux affluents se jettent dans l'Ardèche notamment le Chassezac ( Lozère ).


Les Inondations :

Le bassin versant de l'Ardèche est soumi à des influences climatiques meditérranéenne et Océanique
Sa pluviométrie moyenne annuelle varie de 1800mm en Cévennes à 960mm dans les Gorges.
Ces moyennes peuvent cacher des extrèmes impressionnants :
à une sècheresse estivale succédent des pluies automnales violentes
( 800mm en 24 h. - 1410mm à Valgorge du 25/09 au 21/10 1907 ).

Le XIX ° siècle aurait été encore plus arrosé. La grande crue de 1890 est la seule qui ait marqué les esprit au point d'en noter le niveau maximal à l'aide de plaques, un peu partout dans la région.

Lors de grosses crues, la rivière dans sa partie Basse charrie plue de 5000 m3/sec. ( contre 5 à 10 m3/sec en période de sècheresse ). Sa vitesse atteint 20 à 25 km/h. en Cévennes et 12 à 15 km/h. dans les Gorges.
Du fait du rétrécissement du lit majeur de la rivière dans les Gorges, il se crée un phénomène de barrage et le niveau peut alors monter de plus de 20 m. sous le Pont d'Arc.

Lors de la Crue du 22/09/1890 l'Ardèche repris même son ancien méandre.
De telles inondations ne sont pas rares et font de l'Ardèche en ces occasions un des fleuves les plus terribles d'Europe.

Les plus fameuses crues sont celles de : 05/1382 - 11/02/1407 - 24/03/1476 - 07/1501 - 26/07/1508 - 09/1522 - 03/09/1664 - 09/09/1772 - 10/101827 - 28/10/1846 - 08/10/1878 et 21/10/1878 - 22/10/1890 - 29/10/1900 - 30/09/1958 - 06/10/1963 - 08/10/1970 - 10/11/1976 - 23/10/1977 - 08/11/1982

La Crue du 22 Septembre 1890 : La plus dévastatrice de toutes.
Elle atteignit 17,30 m. à la Tour du Moulin de Salavas - 21 m.au Pont d'Arc
Son débit approche les 7 500 m3/sec. ( ? ) au plus fort moment.
En se jettant dans le Rhône l'Ardèche refoulait le fleuve et le maintenait 2m. au dessus de son niveau habituel.
28 ponts furent emportés dont ceux de Vogüe - le pt de Beaume à Auriolles..., voies de communications, moulins, fabriques endommagés.
Une cinquantaine de morts furent dénombrés.


La traversée de l'Ardèche au fil du temps :

Comme on peut le comprendre, la traversée de l'Ardèche pouvait s'avérer ardue.

Le passage des gués : c'est le moyen le plus naturel et donc le plus ancien. Le gué Chauvieux permit à la voie romaine d'Antonin le Pieux de relier Nimes à Alba. Il reliait Ruoms et Vallon. Les gués sont toujours utilisés par les randonneurs, pêcheurs, estivants...

Les bacs : à l'aide de grosses barques la traversée était assurée par tous les temps. Les premiers écrits traitant du sujet datent du XV°siècle. C'est pourquoi certains quartiers s'appellent quartier du port, quartier du bac. Ils étaient étroitement surveillés par des tours ou des maisons de gué. Des moulins se trouvaient souvent à proximité.

Les péages : un droit de péage était dû au seigneur local. Après la Révolution, les droits seigneuriaux ayant disparu l'exploitation des bacs fut affermée a des particuliers qui percevaient les droits de péages fixés par le gouvernement.

La construction du pont suspendu de Vallon-Salavas ( pont appartenant à une société concessionnaire privée de notables de la région par adjudication ) vit disparaitre les gués et les bacs. La pile centrale du nouveau pont est toujours celle du pont suspendu construit en 1837.

Mais c'était toujours un pont à péage. Ce n'est qu' en 1887 que le gouvernement ayant supprimés tous droits de péages le Conseil Général de l'Ardèche avec la participation des communes et industriels concernés put racheter le pont et rendre la traversée de l'Ardèche gratuite.


Le passage du Pont d'Arc :

pont d'arc

Cette arche naturelle servit de pont depuis les temps les plus reculés.
Mais son passage en était malaisé surtout pour les bêtes.
Il fut donc décidé un jour par le seigneur de Vallon d'y aménager un passage étayé et d'y installer un poste de péage ou plutôt un fortin. Une chapelle se trouvait non loin.
Les chemins menant aux villages voisins en sont les seuls vestiges hormis quelques gravures d'époque.

Une traversée de l'Ardèche par le Pont d'Arc, pendant les guerres de religion, est restée célèbre.
J.Favre dans son ouvrage " le brave brison " décrit l'expédition :

" dans la nuit du 2 au 3 avril 1621, d'Autiège, lieutenant du Comte de Chatillon, général huguenot en campagne contre le catholique Duc de Montmorrency, est dans l'impossibilité de passer à gué l'Ardèche en crue pour se rendre au secours de Vals assiégée.
Profitant du fait que le passage ne soit pas gardé il franchit le Pont d'Arc de nuit avec une troupe de 7 à 8 000 hommes, de nombreuses bêtes de sommes et tout un matériel de guerre, passe par Meslay et St Pierre, investit Vallon et , bénéficiant de l'effet de surprise, y entre sans difficulté. "
En 1629 Richelieu démantela toutes les fortifications des villes et chateaux de la région ayant accueilli des protestants, fit rouler loin toutes les pierres.

Le passage sur le Pont d'Arc est aujourd'hui rigoureusement interdit. De plus il est très difficile d'accès et dangereux.